Un Monde Flottant

Ce spectacle est une invitation au voyage et à la réflexion sur le thème de la beauté, à partir de textes d’auteurs japonais.

13 Printemps _ Hiroshige - Brume printemps.jpg

La lecture commence par quelques haikus écrits sur le thème des saisons, puis se poursuit par la lecture d’extraits choisis du Pavillon d’Or de Mishima. Elle est illustrée par une projection d’images sur le thème du japon, et par de la musique japonaise, traditionnelle et contemporaine.

Un Monde Flottant est une lecture qui nous transporte au japon à travers des textes d’époques différentes : les haikus, poésie traditionnelle, et Le Pavillon d’Or de Mishima, un roman publié en 1956.

La question de la beauté est au cœur de ces écrits, qu’elle soit éphémère ou éternelle.

Les haïkus, très courts poèmes japonais, célèbrent l’évanescence de la beauté. Le poète y est émerveillé par son instantanéité. Le plaisir est d’avoir pu être témoin de ce moment de grâce et de le laisser échapper aussitôt. Le poète capture cet instant grâce au haïku qu’il écrit, mais ne tente pas de s’approprier cette beauté éphémère.

1 Eté _ Hiroshige - Femmes et lucioles.jpg
Hiroshige - Le Temple du Pavillon d'Or.jpg

Vient ensuite la partie principale du spectacle : des extraits choisis du Pavillon d’Or. Pour écrire son roman, Mishima est parti d’un fait réel : l’incendie du temple du même nom par un moine en 1950. L’auteur imagine un personnage fasciné, obsédé par cette beauté immuable et qui finalement décide de la détruire puisqu’il ne peut en être le maître, illustrant une propension de l’homme à détruire ce qu’il ne peut posséder. Les extraits choisis se concentrent sur ce rapport du personnage au temple, afin de mettre en lumière l’évolution de sa folie. La beauté, qui au départ est vécue comme un moment de grâce, devient insupportable. Elle est éternelle, inaccessible, et de ce fait, intolérable pour le personnage.